Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 11:07

"À voix haute et nue"©

N o u v e l l e s  e n  f l o r i l è g e s  l u e s  p a r     Michèle Venard

Le premier jeudi du mois à 19h 30 précises (Durée 55')

6   octobre   Michel Tournier

2 février    Fabrice   Pataut 

3 novembre    Dorothy  Parker

1er décembre Isaac Babel 

5 janvier Léon Tolstoï 

2 mars  George   Sand

4 mai    André   Malraux

   1er juin         Florilège      des  auteurs

 

 

studio de lectures et d'écoute du théâtre pandora

30, rue Keller 75011 Paris code rue 32 56 métro Bastille

Réservations conseillées tél : 01 42 39 21 61

 

Michèle Venard lit avec élégance et sûreté    Jean Gillibert

Loin de tout tapage et de toute aide, certains artistes poursuivent leur chemin sans faiblesse.

Michèle Venard est de ceux-là. Elle a fait depuis très longtemps de la lecture un grand art. Écoutez la.

Armelle Héliot

Quand je lis un texte, les spectateurs ont envie de lire le livre.MV

 

Ce que dit la presse : (choix dans Petites Brèves, Quinzaine Littéraire, Quotidien du Médecin, Le Figaro, le blog d’Armelle Héliot ; Défi culturel…) : Michèle Venard poursuit avec intelligence son travail sur de grands auteurs. Elle les connaît. Elle les a lus. Elle propose, une fois par mois, une lecture publique de certaines pages des auteurs qu'elle nous dévoile, nous éclaire, nous rend plus proches et plus beaux encore. Cette semaine, c'est Jorge Luis Borges qu'elle lira. Michèle Venard, metteur en scène et lectrice particulièrement inspirée, propose la redécouverte de nouvelles puissantes et belles d'Herman Melville. Michèle Venard poursuit son cycle très intéressant de lectures et vous fait entendre les pleins et déliés de nouvelles de Maupassant, exercice où elle excelle. Lorsqu’on entend ses nouvelles en lecture, on est saisi par la puissance sarcastique et désespérée de son inspiration. Michèle Venard revient à Patricia Highsmith en nous offrant quelques-uns de ses textes en une lecture précise et tenue, une lecture éclairante. Un beau moment à partager. Metteur en scène, essayiste, formatrice, Michèle Venard est aussi lectrice ardente de grands textes. Elle reprend cette année son cycle au théâtre Pandora avec de subtiles nouvelles de Virginia Woolf. Connaissez-vous les Nouvelles romaines écrites par Moravia l'un des plus grands auteurs contemporains que lira Michèle Venard ? "Seul l'extraordinaire nous élargit l'esprit " écrit Stefan Zweig... écouter de grands textes nous élargit aussi. Très belle lecture de Marguerite Yourcenar par Michèle Venard au théâtre des Deux Rêves. On sent Michèle Venard comme littéralement habitée par le rythme interne et les splendeurs de cette écriture somptueuse. Mishima à voix haute : Un moment de grande émotion car une belle lecture c’est aussi bien qu’un spectacle et cette femme de théâtre, metteur en scène et comédienne, le sait. Passionnés de littérature, venez vous passionner ! L’émission Bibliomanie (Radio Libertaire, 89.4 FM) aime les voix singulières, les parcours hors- normes et les libertés sur paroles. Connue pour ses nombreuses mises en scènes, ses lectures radiophoniques et son sens de l’engagement artistique, Michèle Venard sera donc, entre 15 heures et 16 h 30, l’invitée de l’émission d’aujourd’hui, 30 janvier.

QUATORZIÈME saison plus de 1200 heures de lectures publiques

89 auteurs déjà lus

Soutenez par votre parole et par votre présence « à Voix Haute et Nue » © éloge en acte de la lecture expressive. Soutenez la langue française et le livre, la littérature de haut niveau peu, très, ou mal entendue.

"Lectrice idéale, vous l’êtes. Votre seule arme : votre voix. Une voix qui porte en elle des dizaines d’autres voix. Aux amis, je signale que la fort peu stalinienne Michèle a réussi à offrir de merveilleux spectacles théâtraux -Sade, Ubu enchaîné, etc etc- avec ce qu'il y a de plus ferme pour seconder l’intelligence : l'ardeur. Merci pour ce moment d'élégance et de finesse. J'ai assisté hier au Petit Hébertot à votre lecture et je voulais vous féliciter. Vous mettez le contact entre le texte et le public et entre les livres et le public. Et d'ailleurs, quand vous avez salué, vous avez montré les livres qui étaient sur la table. Ta lecture donne une dimension extraordinaire à la littérature et à l'écrivain. On sent tellement de jubilation chez toi. C'est contagieux ! Mais comment faites-vous pour être aussi captivante ? C'est vous seule qu'on entend, mais c'est tout un monde qui s'anime devant nous. Bravo encore pour cette lecture, je t'ai trouvée époustouflante. Son style convient bien à ton côté un peu guerrier, une façon précise, ciselée, énergique qu'a ta voix pour faire sonner ses mots. C’est merveilleux de vous écouter dans la lecture de ces textes…ils reprennent vie comme des partitions oubliées, sorties d’un placard. Vous êtes un vrai chef d’orchestre, la pulsation de la main gauche, la sonorité, le swing, le tempo, les changements de vitesses et de rythmes, le rubato, sans parler de l’essence du message en soi. Fabuleux. Tension, crescendo, souffle coupé, véritable extase esthétique lors de la "Ballade de la prison de Reading." C'est la cinquième fois que je viens. Vous me donnez envie de lire. D'ailleurs, j'ai acheté les livres. Merci. Enthousiaste, et donc enthousiasmante, performance de la lectrice Michèle Venard hier soir. Edgar Poe bénéficiaire d'une double traduction : Baudelaire et Venard. Le vocabulaire, et le son porté par des yeux, une bouche et une coiffure. Les belles rousses hollywoodiennes en sont toute pâlichonnes. J'ai adoré découvrir la gourmandise joyeuse et luxuriante de Blaise Cendrars dont tu as superbement capté rythme, force et poigne ! Tu sais donner à ta voix des sonorités étranges. Tu sais constamment surprendre par des ruptures inattendues qui bousculent la logique grammaticale mais qui obéissent à la nécessité d'une parole qui se soumet à sa volonté d'affirmation et de profération. Ton dire est toujours habité par une détermination dans laquelle frémissent des couches secrètes, faites de lumières et d'ombres. Vous avez fait avec les "Histoires sanglantes" des choses étonnantes que je n'avais jamais entendues ni imaginées. Ta lecture du Gravier des vies perdues a été une splendeur, dans le mouvement et dans le détail. Après des textes qui brassent idées et jugements, où l’auteur engage à pleine générosité la multiplicité de ses dons, tu as bien choisi le moment de nous abreuver d’un chant ! Merci chère Michèle pour tous ces auteurs mis en vie par la voie du cœur. Je compte bien vous retrouver le 1er novembre pour d'autres nouvelles. C'est chaque fois un bonheur différent dont je vous suis, chère Michèle, très reconnaissante. Gide, le summum de la littérature et l'intelligence de l'humanité...Joseph Roth, la grandeur de l'humanité et le rayonnement de la littérature. Alléluia, Michèle ! Émission Bibliomanie : Écoute-toi : Une fois lancée, tu es claire, ta pensée structurée, ton expression personnelle et spontanée, vivante : c'est intéressant, tu donnes envie de te connaître et d'en apprendre de toi. Tu as certainement encore et peut-être plus à présent une place à trouver, peut-être celle de qui ouvrirait aux grands auteurs ? Grâce à quoi nous avons connu l'exceptionnel moment très caché d'hier soir. Serais-je une privilégiée ? Durant les années 50, au studio de la Maison des Lettres de la Sorbonne, je participais volontiers à des ateliers de lecture enregistrés organisés par André Almuro. On y trouvait des personnalités qui m'ont marqué comme Maria Casarès, Alain Cuny, Jean-Louis Barrault, Jean Tardieu, Jean Gillibert… Vous c'est la même étincelle ! Ton travail sur le souffle, sur le rythme de la phrase, sur le voyage entre silence et paroles, est très impressionnant. On pourrait presque parler à ton sujet de chorégraphie littéraire. Les voix qui te traversent, nous montrent la voie. Nous cheminons à tes côtés au plus près des mots dans un espace-temps qui nous capte, nous interpelle, nous interroge sans cesse. Sachez combien m'a ému, surtout en ces temps de chasse aux sorcières, le courage dont vous faites preuve en me lisant publiquement."

Contacts : 01 42 39 21 61 - 09 61 66 83 76 - enperce@free.fr

Michèle Venard                Compagnie Théâtre en Perce  

25, avenue Jean-Jaurès 75019 Paris   -   Licence Spectacle n° 1066820

Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 04:08
Vol de mon sac à Paris

Le récit du vol de mon sac avec mon passeport, mon téléphone portable et mes cartes bancaires. Ce n'est pas une blague.

C'était au soir du 6 juillet, nous mangions au restaurant péruvien <Latinogourmand>, 233, rue de La Fayette. Nous y sommes entrés vers 20 heures, et nous nous sommes installés à l'intérieur à la table près de la fenêtre à côté d'un mur. Nous avons commandé deux hors-d'œuvre: un guacamole et un carpaccio de poisson et deux entrées: un lomo saltado et un plat de viande je ne me souviens plus de laquelle, et deux bières péruviennes suivies par une bouteille de vin rosé chilien. À notre table, nous étions face à face.

Derrière moi à un moment donné, il y avait un mec assis seul. Assez gros, un peu chauve, avec la chemise bleue et blanche. Il avait l'air d'un Sud-Américain, c'est ce que la serveuse nous a dit plus tard.
Après avoir demandé l'addition vers 22 heures, j'ai sorti mon petit porte-monnaie qui se trouvait dans ma sacoche pour payer ma part. J'ai passé un billet de 50 euros à Naomi, et j'ai remis mon porte-monnaie dans mon sac que j'ai posé sous la table par terre entre mes jambes comme au début.
Mon sac contenait mon passeport, mon iPhone 6, l'appareil photo canon 70 D, un trousseau de clefs pour l'appartement et mon portefeuille noir en cuir qui peut être plié en deux. Dans mon portefeuille, il y avait de l'argent liquide, mon permis de conduire japonais, ma carte de sécurité sociale, ma carte de fidélité de Karaoke, entre autres.
Après le règlement, Naomi est allée aux toilettes qui se trouvent au fond du restaurant. Je l'attendais à table. Quand elle est revenue, je me suis levé pour partir avec elle, et c'est à ce moment-là que je me suis rendu compte que mon sac n'est plus là. Le mec qui était derrière mon dos avait disparu.
À cette heure-ci, vers notre paiement, il n'y avait aucun autre client à part nous et ce mec dans ce restaurant. Je n’avais pas accordé d’attention au comportement de ce mec car il était complètement en arrière de moi. La serveuse, vêtue d’une jolie robe orange, a dit qu'il était entré tout seul, qu'il n’avait pas commandé le repas, mais seulement une boisson et qu’il était parti en payant cash. L'installation de la vidéo de surveillance n’existe pas à l'intérieur de ce restaurant.
Quelle surprise! c'est facile de le dire, mais c'est difficile d'accepter ce qui m'est arrivé pendant quelques premières heures en état de choc. Maintenant que je vais mieux, je vous prie de ne pas me demander pourquoi je portais tant d'affaires avec toi moi, car c'est ce que je me demande déjà.
Heureusement que j'avais une photocopie de mon passeport laissée dans l'appartement.
Pour me donner le courage de vivre, j'ai visité le lendemain Grand Train avec Valérie et Patrick. Après avoir vu ce graffiti artistique et des trains d'époque, nous avons bu une bière. La vie continue!

Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 14:32
Sakura 2016

La saison de Sakura, le cerisier, est en train d'arriver.

Au Japon, depuis toujours, l’on redoute et admire la nature. J’aimerais vous signaler d’abord cette fameuse expression de quartette, « Ka-Chô-Fû-Getsu » 花鳥風月, la fleur, l’oiseau, le vent, et la lune. Ils étaient, et sont toujours, des thèmes favoris dans la littérature japonaise et dans la vie des Japonais.

Ensuite, vous trouverez une autre devise, variation en trio « Setsu-Getsu-Ka » 雪月花, la neige, la lune et la fleur, qui sont tous les trois les symboles de la beauté sublime. En ce qui concerne les fleurs et les arbres, tous les Japonais connaissent ce slogan aussi en trio « Shô-Chiku-Bai » 松竹梅, le pin, autrement dit « Matsu », le bambou, « Take » et le prunier, « Ume ». Car « Shô-Chiku-Bai » est aussi une marque de saké. Je la connais, moi, au moins. Il existe aussi «Kiku-Masamune » 菊正宗, comme marque de saké, dont la particule « Kiku » veut dire le chrysanthème. Je la connais aussi, cette marque, bien sûr. Le chrysanthème est la fleur des morts comme en Occident, mais il signifie en même temps le blason de la famille impériale. Ruth Benedict, anthropologiste américaine a utilisé la combinaison en duo de Le Chrysanthème et le sabre pour caractériser la société et la culture japonaise.

Mais où est-ce bien donc le cerisier ?

Le cerisier au Japon, c’est spécial, c’est à part, c’est solo.

La mention sur le cerisier se trouve déjà dans le Nihon-Shoki rédigé en 720. L’Empreur Jito a visité le mont Yoshino pour apprécier des cerisiers à l’époque. Aujourd’hui, il y a plus de 100 variétés de cerisiers sauvages et plus de 200 variétés de cerisiers horticoles dont la plus célèbre est « Somei-Yoshino ». La plupart des cerisiers du Japon ne donnent pas de fruits. Non. Plus précisément, ils produisent des fruits, mais comme ils sont tout petits qu’ils ne sont pas reconnaissables.

Chaque année, des cerisiers fleurissent au printemps et nous montrent de beaux paysages. Au début de mars, l’agence de la météorologie annonce la prévision de l’avancement du front de floraisons « Sakura-Zensen » 桜前線, qui montre en principe des dates probables de commencement de la fleur. La floraison dépend surtout de la température moyenne de la journée qui devrait être au-delà de 10 degrés. Quand les cerisiers fleurissent, il n’y a pas de feuille. Des feuilles vertes ne viennent qu’après la floraison.

Ainsi, en pleine floraison, l’on ne voit que des pétales rose-blanches qui forment une masse aux jardins, en montagne, et aux bords de rivière. Du début jusqu’à la floraison complète, cela prend à peu près une semaine. Et cette phase suprême ne dure qu’environ 5 ou 6 jours. En plus, s’il y a un moindre vent pendant ce temps-là, des pétales s’envolent facilement. Fini ! La vie de fleurs de Sakura est vulnérable et éphémère, comme notre vie. Il n’y a pas d’éternité pour ce genre de beauté. C’est-à-dire, c’est beau puisque cela se périme. L’accumulation de cette beauté, c’est donc juste avant la fin de la vie : « Sakura-Fubuki » 桜吹雪, le tourbillon de pétales de cerisiers. Dans le cinéma japonais, beaucoup de héros meurent dans Sakura-Fubuki.

Comment est-ce qu’on peut apprécier le sakura sans mourir au tourbillon de fleur ? Il y a plusieurs façons.

Positions : debout, en marche, assise.

Actions : contempler, composer des poèmes, chanter, manger des bentos, boire du saké

Tout est possible excepté de casser une branche. Mais ce qui est important, c’est de passer pas mal de temps avec des sakuras, de se mettre dans la scène pour mieux sentir l’ambiance. La fleur sakura donnait beaucoup d’inspirations aux artistes depuis longtemps ;

OnonoKomachi, poète du 9e siècle, a composé ce poème en forme de waka :

花の色は移りにけりないたづらに わが身世にふる ながめせしまに

小野小町(古今集、9世紀)

La couleur de sakura s’est éteinte en vain pendant la pluie printanière, comme ma beauté s’est éteinte pendant que je paressais.

On la considère comme une des plus belles poètes de l’époque.

Et l’on chantait à l’école au printemps cette chanson Sakura qui date de l’époque d’Edo :

さくら さくら 野山も 里も 見わたす限り

かすみか雲か 朝日ににおう

さくら さくら 花ざかり

「さくら」(日本古謡、江戸時代より)

Sakura, Sakura, ( Des cerisiers ), ( ils fleurissent partout ) en montagne, en campagne, à perte de vue. (Ils sont) comme des brumes, comme des nuages. Ils sentent au lever du soleil. Sakura, sakura, en pleine floraison !

Mais quel est l’angle idéal duquel l’on apprécie le sakura ? Beaucoup de Japonais ne s’en rendent compte pas, mais ils l’exercent sans le savoir. C’est, d’en bas. Lever les yeux vers le ciel bleu à travers des pétales de sakura, c’est essentiel. Pour cela, il faudrait absolument s’asseoir par terre. Chez nous, quand l’on est assis par terre avec des amis, c’est la fête. Avec des cerisiers, l’on mange des bentos spéciaux «HanamiBento» 花見弁当, et boit du saké spécial «HanamiZake» 花見酒. Eventuellement on chante. Parfois, l’on oublie même de lever des yeux pour apprécier le sakura.

(repris partiellement de mon livre "Guide Tomo Japon")

Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 01:19
Paris-Tokyo

Une lecture qui relie Paris et Tokyo. Je relis "Paris est une fête" de Hemingway dont les dernières phrases sont de ;

«Paris valait toujours la peine, et vous receviez toujours quelque chose en retour de ce que vous lui donniez. Mais tel était le Pris de notre jeunesse, au temps où nous étions très pauvres et très heureux.»

Je passe ensuite à "Tokyo mis en scène" d'Adrien Gombeaud (Ciné voyage, 2015) qui venait de sortir.

«Tokyo est bien cette ville où se mêlent le vrai et le faux. Une cité muliticolore en demi-teintes. Une ville, surtout, qui ne connaît pas de centre-ville, de lieu vers lequel convergent les rues et les regards. La capitale du Japon n'est qu'une agrégation de quartiers, autant de villages, de petites villes à l'identité et à la personnalité changeantes. On peut pourtant s'y attacher. Et même, comme Kitano, l'aimer à en mourir. »

Voici mon amour qui se partage entre Paris et Tokyo.

Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 15:51

La fête de Yosakoi-matsuri qui se tient le 10, le 11 et le 12 août chaque année à Kôchi, et une des plus énergétiques et extravagantes au Japon. Elle était au début , il y a environ 60 ans, un rassemblement des danseurs qui dansaient plutôt traditionnellement sur la même partition Yosakoi-bushi, la chanson folklorique de cette région. Aujourd’hui, avec la réglementation quasi libre, la fête est devenue un énorme concours de danse collective. Il existe quand-même quelques règles à observer; 1) il faut continuer à avancer en dansant avec des Narukos (variété de castagnettes) à deux mains, 2) il faut utiliser au moins une partie de la chanson originale, 3) le nombre maximal de danseurs de chaque groupe ne doit pas dépasser 150. A part cela, tout est libre: la chorégraphie, le costume, le maquillage...Un des prix d’or a été attribué en 2015 à ce groupe Daiamond-Dining de style Kawaii. J'ai seulement visité le bureau de documentation cette fois-ci, mais j'ai envie d'être sur place pour l'année prochaine.

https://youtu.be/2z18DGDop1

La fête Yosakoi
La fête Yosakoi
Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 09:02

C’est d’aller tout de suite aux toilettes dans la salle de livraison de bagages à l’aéroport de Haneda pour pas seulement satisfaire ses besoins, mais aussi pour se familiariser avec la technologie de toilettes japonaises. Ici, bien indiqué le mode d’usage en anglais.

Ce qu’on doit faire en arrivant à TokyoCe qu’on doit faire en arrivant à Tokyo
Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 11:04

Après un spectacle au théâtre Déjazet, c'était ma dernière soirée en France avec mes collègues à nouveau, au restaurant <Les Tantes Jeanne> dans le 18ème arrondissement.

Le spectacle <Rue de la Belle Ecume> m'a beaucoup plu. Il s'agissait des chanteurs de chansons comme Georges Brassens, Barbara, Yves Montand, Jacques Brel...mais on ne chante pas leurs chansons. Toutes les chansons chantées étaient de nouvelle création. Et on évoque ces chanteurs par la parole ou par de petites mélodies d'interlude. Il y avait beaucoup de sous-entendus. Il fallait d'abord connaître des chanteurs et leurs chansons. Le directeur musical Roland Romanelli, qui était au piano et à l'accordéon, jouait impeccablement. Ça m’a rappelé le récital de Barbara que j’ai vu il y longtemps. Il jouait avec Barbara.

Chez Les Tantes Jeanne, ils proposent de la viande de différentes régions. Il y avait même un Wagyû ! Nous avons commandé les Côtes de bœuf d’excellence avec une bouteille de rose et une bouteille de Bourgogne et encore une bouteille de Bordeaux (photo). Quel délice !

La dernière soiréeLa dernière soirée
La dernière soiréeLa dernière soirée
Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 10:31

Jours 11 et 12 étaient des journées de montée et de descente. Nous sommes montés sur le toit de l'Arc de Triomphe pour avoir une vue, et nous avons pris un bateau de croisière du Parc de la Vilette jusqu'au port de l'Arsenal (Bastille) en passant par le Canal Saint Martin. Au Canal de l'Ourcq il y avait des péniches. Vers la Seine, il y avaient des écluses pour descendre la dénivlée de 26 mètres. Nous sommes passés en dessous de ce pont où Amélie lançait des cailloux au début du film <Le fabuleux destin d'Amélie Poulain>. Le lendemain matin nous avons pu retrouver cette fameuse épicerie de ce film dans le quartier de Montmartre. Nous sommes aussi montés en haut de la Basilique du Sacré Cœur pour avoir une autre vue avant de termminer avec ce Moulin Rouge. Vive Paris! Ce soir j'espère voir le feu d'artifice du 14 juillet.

à Paris, la montée et la descenteà Paris, la montée et la descente
à Paris, la montée et la descenteà Paris, la montée et la descente
à Paris, la montée et la descenteà Paris, la montée et la descenteà Paris, la montée et la descente
Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 09:05

Des cris stridents de mouettes m'ont réveillé à l'aube à Trouville en Normandie. Il ne faisait pas beau hier, mais j'ai fait une grande boucle sur Trouville-sur-Mer et Deauville en partant du marché de Trouville et passant à côté de l'Hôtel Normandie, du Casino de Deauville et de la Pisine Olympique pour arriver jusqu'aux <Roches Noires> où des écrivains comme Margueitte Duras, Marcel Proust séjournaient. On a aussi pris un bac pour traverser la bouche de la rivière qui sépare ces deux villes: Deauville-Trouville.
C'est bien dommage que la battrie de mon appareil Canon EOS M3 tout neuf est comlètement morte. J'ai laissé mon chargeur à Paris. Ces photos sont donc de mon portable.
Le marché m'a beaucoup impressioné. des poissons comme des soles, des maquereaux étaient de fraîcheur remarquable. On a osé goûter des huîtres en choisissant des plus petites que d'habitude, des numéro 2 au lieu de zéro (plus le nombre est grand, la taille plus petite).
Je n'ai pas pu me présenter à la boite <Le Chic> qu'on m'a conseillé car il faut y aller après une heure du matin (ça c'est français!) et j'étais fatigué.
Aujourd'hui je comte partir en quête de bon calvados, une des spécialité de cette région. Pourquoi? Eh bien ils ont une grande Encyclopédie de Calvados. Alors par quelle lettre commence-t-elle cette Encyclopédie? La réponse est ni par A (ABC) ni par C (Calvados)...c'est par E (Encyclopédie).

Jour 7, à la recherche d'un trou normand  Jour 7, à la recherche d'un trou normand
Jour 7, à la recherche d'un trou normand  Jour 7, à la recherche d'un trou normand
Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 16:37

En fait il n'existe a pas d'itinéraire de ce voyage. Je reste en principe dans l'apartement de mon amie du 19 ème (arrondissement, pas siècle) comme elle est partie en vacances. Il y aura mes collègues qui vont me rejoindre, je devrais leur montrer Paris.
Sauf demain et après-demain en Normandie, et peut-être un ou deux jours à Bordeaux vers le 22, je ne sais pas encore, je pars le 24 pour le Japon c'est trop tôt de le dire.
Il n'y a pas d'itinéraire, mais il y a le thèmes de ce séjour: c'est vivre,manger et boire pendant trois semainese comme un Parisien!. Pour cela, je me suis déjà entraîné au Japon à traverser la rue au feu rouge, ça marche bien.
Je n'ai pas pris la leçon de la cuisine occidentale mais pour le moment ça marche bien aussi. Hier j'ai fait des pâtes à la sauce tomate et une omelette. On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs.

Jour 5 en France, l'itinéraireJour 5 en France, l'itinéraire
Repost 0
Published by GuideTomo
commenter cet article

Présentation

  • : GuideTomo
  • GuideTomo
  • : Guide Tomo, guide japonais de Tokyo qui travaille avec des touristes francophones vous présente de jolies photos prises au cours de ses voyages ainsi que des vidéoclips.
  • Contact

Recherche

Liens